Journée d’étude sur Fernand Deligny – 28 septembre 2021 à Marseille

Télécharger le programme de la journée ici!

Conclusion de la journée par Manola Antonioli

Suite à la projection et au débat autour du film Deligny, vagabond efficace de Richard Copans, on peut retenir le fil conducteur de l’enracinement dans le territoire qui caractérise la démarche de Deligny, ou – selon ses propres termes – la vision du « territoire comme racine », occupé par une forme de « guerilla ». Cette dernière image évoque la notion de « machine de guerre » développée en 1980 par Gilles Deleuze et Félix dans l’ouvrage Mille plateaux. Les « machines de guerre » ne ressemblent pas à des armées régulières, mais constituent des forces qui se distribuent de façon nomade dans un territoire Dans cette perspective, « les lignes d’erre » tracées par les autistes dans le territoire des Cévennes, qui entretiennent des liens avec la notion de rhizome qu’elles ont largement inspirée, peuvent être lues comme des lignes de force qui ne suivent pas un parcours prédéfini et qui ne sont jamais centralisées. On peut souligner également l’idée d’un usage de l’espace comme langage, lieu d’un récit sans langage, là où le langage manque.

L’intervention d’Anne Querrien (télécharger le pdf ici) a été également structurée autour de l’idée de ligne (lignes virtuelles qui constituent la cohérence du parcours de vie de Deligny, lignes d’erre tracées dans le territoire, lignes d’écriture), lignes qu’on peut rapprocher de celles étudiées par l’anthropologue Tim Ingold dans Une brève histoire de lignes, dont le projet de « linéalogie » s’intéresse également aux lignes d’écriture, aux lignes courbes de parcours, chemins et itinéraires qui refusent la ligne droite, aux lignes de la notation musicale.

La communication de Françoise Tschopp (télécharger le pdf ici) a développé l’idée d’une « abstinence éducative » chez Deligny, abstinence qui révèle la situation précaire de l’éducation, qui inclut toujours des expériences d’échec et de raté. Dans cette conception de l’éducation, il n’y pas de « projet » mais un « a-projet », pas de méthodologie prédéfinie mais des dispositifs, des stratégies, des gestes éducatifs qui naissent après-coup, de l’expérience. Cette « non méthode » sans projet nous donne d’autant plus à penser que le travail et la recherche se déroulent désormais « par projet », notion omniprésente et souvent étouffante.

La journée s’est achevée, de façon circulaire, sur l’évocation – par Joëlle Libois (télécharger le pdf ici) – de l’activité éducative et de la poésie de Rabindranath Tagore, toutes deux attentives au rapport de l’homme avec son environnement naturel, tout comme l’expérience éducative de Deligny est inséparable des vastes espaces et des paysages des Cévennes.

COLLOQUE INTERNATIONAL ET INTERDISCIPLINAIRE

PROLONGATION DU DELAI DE PROPOSITION DE COMMUNICATION (30 JUIN)

Des terrains d’aventure du passé/pour l’avenir : état des savoirs, enjeux et perspectives

Adventure playgrounds of the past/for the future: current state of knowledge, issues and perspectives

8-10 décembre 2021/8-10 December 2021

ENSAPVS, Archives nationales et MSH Paris Nord, Paris.

Télécharger l’appel à communication en français

Download the call for communication in English

Descargar el llamada a comunicación en español

Les propositions de communication sont à envoyer au plus tard le 30 juin 2021 à l’adresse tapla.colloque@gmail.com

Paper proposals to be sent by May 31,2021 at the latest to tapla.colloque@gmail.com

Résumé

Les terrains d’aventure ne sont pas des espaces de jeu comme les autres. Après avoir disparu en France dans les années 1990, des initiatives réapparaissent sur le territoire national, interrogeant l’héritage laissé par ces expérimentations socio-pédagogiques mais également par les théories qui les sous-tendent. Ce colloque, organisé par l’équipe du projet de recherche TAPLA (Terrains d’aventure du passé/pour l’avenir) et soutenu par le Labex Les passés dans le présent, vise à identifier les modalités selon lesquelles les terrains d’aventure réinterrogent aujourd’hui, la place donnée aux enfants dans la ville et, plus particulièrement, à l’expérience directe dans les dispositifs socio-spatiaux pédagogiques. Il se propose également de poser les bases d’un réseau de recherche international et interdisciplinaire, croisant les sciences humaines et sociales avec le champ de la conception spatiale et de l’aménagement ainsi que celui de l’éducation et de l’animation socioculturelle.

Summary

Adventure playgrounds are unique spaces of play. While the 1990s saw their disappearance in France, a recent resurgence has brought up questions around their legacy and theoretical basis as socio-pedagogical experiments. This symposium, organised by TAPLA (Terrains d’aventure du passé/pour l’avenir – Adventure playgrounds of the past/for the future) and supported by Labex: pasts in the present, is designed to investigate how adventure playgrounds raise questions around the place accorded to children in the city, and more specifically, children’s unmediated experience of socio-spacial learning systems. In addition, we aim to lay the groundwork for an international, interdisciplinary network, combining the human and social sciences with spacial design and urban planning, along with the fields of education and socio-cultural community work.

Workshop

Les terrains d’aventure : l’Europe et les Etats-Unis en dialogue

Adventure Playgrounds : a dialogue between the United States and Europe

15 MARS 2021 15h-18h / MARCH 15, 2021 3pm-6pm

The workshop is available online !

Table ronde 1. Diffusion des terrains d’aventure/Adventure playgrounds dissemination

Table ronde 2. Les terrains d’aventure à l’épreuve du jeu/Adventure playgrounds put to the test of playing

Télécharger le programme (fr/en)

Comment les terrains d’aventure apparus en Europe se sont-ils développés outre-Atlantique ? Quelles filiations, différences ou complémentarités peut-on identifier entre les terrains d’aventure européens et nord-américains ?

Quelle est la place des terrains d’aventure aujourd’hui dans les politiques d’aménagement des espaces éducatifs et ludiques aux États-Unis ?

Telles sont quelques-unes des questions que nous souhaitons explorer lors de ce workshop.

Il s’agit d’identifier les champs disciplinaires et les domaines professionnels que les terrains d’aventure occupent aujourd’hui aux États-Unis. L’objectif est de développer une lecture transversale et comparative visant à actualiser le modèle des terrains d’aventure en Europe comme en Amérique du nord.

Workshop bilingue anglais/français avec traduction simultanée

English/French workshop with simultaneous translation held with the support of the University of Chicago – Center in Paris

Un événement organisé par Clothilde Roullier, Gilles Raveneau, Baptiste Besse-Patin et Aurélien Ramos

Un workshop organisé avec le soutien de l’Université de Chicago – Centre à Paris

Un terrain d’aventure à la Petite Plage – Bagnolet

LA PETITE PLAGE TERRAIN D’AVENTURE : ESPACE VERT CITOYEN COLLECTIF ET PARTICIPATIF

Le projet de la Petite Plage consiste en la transformation d’un terrain vague en espace public par et pour les citoyens. Rue Louise Michel à Bagnolet.

Un groupe d’habitants du quartier s’est mobilisé pour la préservation de cette parcelle et a rencontré les élu(e)s de Bagnolet.

A partir de leur premier soutien et du partenariat possible avec le jardin partagé voisin “la plage arrière” et l’association Cafézoïde le café des enfants (sur l’aide aux porteurs de projet dans l’espace public et l’accompagnement au démarrage de l’association du terrain d’aventure) ; ce collectif a décidé en juillet 2020 de réaliser un projet de terrain d’aventure pour le quartier avec une démarche participative incluant les enfants et les adultes.

L’objectif est que le terrain d’aventure puisse ouvrir durant l’été 2021.

Pour soutenir ce projet dans le cadre du budget participatif d’Ile-de-France > cliquer ici

Plus d’informations

Association Cafezoide – le café des enfants

La Plage Arrière, jardin partagé du Plateau

FAIRE 2020 – terrain d’aventure à Villiers-le-Bel

OUVERTURE LE 5 JUILLET 2021

Notre projet d’expérimentation d’un terrain d’aventure à Villiers-le-Bel en partenariat avec les CEMEA Ile-de-France fait partie des 16 lauréats sélectionnés dans le cadre de l’appel à projet FAIRE 2020 porté par le Pavillon de l’Arsenal – Paris !

FAIRE TAPLA

Télécharger le dossier de presse FAIRE 2020

Installé entre le Champ des Possibles et les jardins familiaux de Villiers-le-Bel (https://goo.gl/maps/aCBhd6g572HTtSuRA) , le terrain d’aventure de Villiers-le-Bel construit avec les CEMEA Ile-de-France et en partenariat avec l’association les As du Puit ouvrira du 5 au 30 juillet 2021. Il sera accessible à toutes et tous de 14h à 20h.

Présentation du programme de recherche TAPLA

 
TA Belfort 1975-1985 J.J Matthieu

Les terrains d’aventure : apprendre et fabriquer en jouant

Les terrains d’aventure semblent être en France des espaces éducatifs appartenant au passé. Il est vrai que ces espaces d’apprentissage par le jeu, inventés en 1943 au Danemark, constituent alors une solution éducative temporaire à une situation de crise. Occupant les terrains vagues des villes européennes bombardées, les junk playgrounds représentent pour la société d’après-guerre un moyen de prendre en charge la jeunesse déboussolée, dans un climat où les limites entre résistance et délinquance sont brouillées (Kozlovsky, 2006). Dans un contexte de pénurie générale, les premières années de la Reconstruction légitiment dans les villes, les actes d’appropriation, de réutilisation, de détournement et de conversion des déchets en ressources. Les terrains d’aventure permettent alors d’occuper à la fois un vide social – en mobilisant la pédagogie du jeu comme un instrument pour intervenir sur les comportements des enfants (Cohen, 2007, p. 32) – et un vide spatial – en répondant à l’urgence de reconstruire vite sur les ruines urbaines (Kozlovsky, 2008). À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les adventure playgrounds connaissent un essor remarquable en Grande-Bretagne (Allen, 1968). A partir des années 1960, des terrains sont créés en Suisse, en Allemagne, au Pays de Galles et en Belgique. Ils apparaissent en France dans les années 1970, sous le nom de « terrain d’aventure » ou « terrain pour l’aventure ». Le premier est ouvert à Paris en 1971, Lyon en compte encore trois dans les années 1980. Mais la France se distingue de ces voisins européens par la disparition de ces expériences pédagogiques et spatiales qui se sont maintenues pourtant ailleurs.

Le mouvement qui porte l’expérience des terrains d’aventure introduit de nouvelles valeurs centrées sur la liberté et la réalisation personnelle, l’autonomie et la créativité de l’individu. Les conceptions de l’enfance, la pédagogie scolaire et périscolaire s’en trouvent profondément modifiées dans un sens anti-autoritaire. L’enfant devient un sujet pouvant intervenir dans la pédagogie dont il est l’objet. La vocation utopique des terrains d’aventure est ainsi liée aux mouvements de jeunesse et d’éducation populaire et aux bouleversements culturels et sociaux introduits par le mouvement de révolte de Mai 68 (Raveneau, 2019). Ils constituent un lieu de vie propice à un apprentissage de l’autodiscipline répondant au désir des enfants d’avoir prise sur leur environnement (Bachelart, 2011). Ils sont des espaces d’invention, d’expérimentation de méthodes actives mobilisant le jeu comme instrument éducatif (Basse-Patin, 2018) et des carrefours d’innovation pédagogiques multiples.

 
TA Belfort 1975-1985 J.J. Matthieu

Qu’est-ce qui s’est transmis de cette expérience fondatrice aujourd’hui ? Qu’est-ce qui en a été oublié ? Pourquoi les terrains d’aventure en France ont-ils progressivement disparu, et ce contrairement à d’autres pays européens ? Si aujourd’hui, les conditions ayant présidées à l’invention des terrains d’aventure ont peu à voir avec l’époque actuelle, on peut se demander si leur mode de fabrication ne constitue pas une source d’enseignements, au-delà de la question des espaces dédiés au jeu plus largement pour informer la place donnée à l’expérience directe et au « faire » au sens d’une interaction entre l’individu et son environnement (Ingold, 2017) dans les dispositifs socio-spatiaux éducatifs.

 

 

Etat de la littérature et des expériences : un objet à faire ré-émerger

Il y a un véritable enjeu à rassembler, organiser mais aussi actualiser les ressources disponibles aujourd’hui sur le sujet des terrains d’aventure. Force est de constater que la plupart des références françaises disponibles dépassent rarement les années 1980. Les ouvrages existants se concentrent le plus souvent sur des expériences terminées (D’Allaines-Margot, 1975 ; Savoye, 1978 ; Vergnes et al., 1975). Quelques articles et documents produit par le CoDEJ (Comité de Développement d’Espaces pour le Jeu) permettent de rendre compte de cas expérimentaux. Quelques documents photographiques (Flatard, Prémel, 1982) ou vidéo[1] permettent de rendre compte d’expérimentations passées et souvent disparues. Si l’on parle aujourd’hui des terrains d’aventure, c’est encore souvent pour leur image mythifiée d’espaces pédagogiques utopiques appartenant résolument à un autre temps idéalisé. La disparition du dernier terrain d’aventure parisien en 2012, relaté sur le blog Les Petits Pierrots[2], l’ouvrage récent de François Grandeau ainsi que quelques articles[3], font de ces espaces, des expériences certes novatrices mais empreintes d’un modèle dont il est difficile de se détacher en dépit de son caractère daté.

Aujourd’hui, les terrains d’aventure restent un objet méconnu pour les acteurs de l’animation socioculturelle pour qui ces expérimentations se heurtent aux réglementations en termes d’usage et de sécurité mais également aux représentations souvent négatives que ce type de dispositifs véhicule. En 2012, la coopération entre l’association régionale des Ceméa Pays de la Loire et les animateurs des Bauspielplätze à Hambourg donne lieu à de nouvelles publications rendant compte – en s’appuyant dans une logique comparative sur les dynamiques allemandes – d’une volonté nouvelle d’actualiser et de concrétiser un modèle de terrain d’aventure adapté au contexte français (Cadier, 2013, 2014 ; Martinon 2013). L’expérience récente menée à Angers dans le quartier Belle-Beille qui a donné lieu à un article collectif acte la réactualisation des terrains d’aventure dans le paysage institutionnel contemporain de l’animation et de l’éducation (Besse-Patin et al. 2020).

Une recherche internationale et interdisciplinaire pour un objet hybride

Afin de construire une vision transversale des terrains d’aventure dans le but de définir une forme adaptée au contexte français, la recherche repose sur des partenariats et des terrains internationaux. Elle implique en effet sept pays européens (Royaume Uni, Allemagne, Suisse, Danemark, Belgique, Italie et France) autour d’un même objet dans une dimension comparative et historique, des années 1970 à aujourd’hui.

Objet hybride, espace ludique et éducatif, à la fois aire de jeu et jardin, lieu de bricolage et de récréation, espace en perpétuelle construction, les terrains d’aventure invitent au croisement des perspectives disciplinaires. La recherche sur les terrains d’aventure articule des chercheurs appartenant à l’ethnologie et l’anthropologie, l’histoire, les archives, la sociologie urbaine, les sciences de l’éducation, l’urbanisme, l’architecture, le paysage, la géographie comme la philosophie, sans compter les compétences diversifiées mobilisées par les acteurs de terrain et les professionnels avec lesquels nous collaborons dans la recherche-action.

Le champ de la sociologie urbaine et de la sociologie de l’enfance (Curnier, 2014 ; Rivière, 2014 ; Weber, 2015), de l’anthropologie et de l’ethnologie croisé avec ceux de l’urbanisme et de l’aménagement amène à inscrire les enjeux du développement durable dans une perspective pédagogique. Dans la continuité des travaux pionniers menés à partir des années 1970 (Lynch 1969 ; Hart, 1979 ; Moore 1980), la reconnaissance de l’impact de la nature sur le développement de l’enfant ouvre un champ d’expérimentations pédagogiques – dont sont issus en partie les terrains d’aventure –mais également un domaine de réflexion sur les enjeux environnementaux des espaces éducatifs (McCurdy et al., 2010 ; Soderstrom et al., 2013 ; Chawla, 2014).

Le croisement des sciences de l’éducation avec l’architecture, le paysage, la géographie inscrit les terrains d’aventure dans le courant de la pédagogie de plein-air (Châtelet et al., 2003) qui s’est traduite par différentes expérimentations. Les Waldschulen développées en Allemagne à la fin du XIXe siècle, ont été déclinées en Forest school au Royaume Uni, Skovbørnhaver au Danemark et dans les pays scandinaves ou encore en Mori no youchien au Japon, constituent des expériences interrogeant l’impact du cadre spatial sur les enfants dans le processus éducatif (Thyssen & Depaepe, 2012). A la suite des dispositifs éducatifs de Fernand Deligny, le courant des « écoles dans la nature » s’est développés en France sous deux réseaux : « Ecole et Nature » d’une part où la promotion du contact prolongé avec la nature n’est pas antagonique d’une pédagogie scolaire « ordinaire » et le réseau « Pédagogie et Nature », d’autre part, qui en appelle à l’abolition (totale ou partielle) des apprentissages sous leur forme classique. Le croisement de ces deux champs amène à interroger les relations qui lient la pédagogie et l’environnement.

Ces pistes se voient actualisées aujourd’hui avec le développement de projets éducatifs et écologiques de transformation des cours d’école par leur végétalisation intensive, sous forme expérimentale à l’école Jacqueline à Strasbourg[4], et dans un cadre institutionnalisé à Paris[5], Grenoble[6] ou encore Bordeaux[7]. Dans le contexte de crise sanitaire due à la pandémie de la Covid-19, l’alternative à des espaces d’enseignement fermés constitue un enjeu d’une actualité toute particulière.

TA Belfort 1975-1985

Axes de recherche : pédagogie par l’action collective et ludique

Nous proposons d’étudier en quoi le mode spécifique de fabrication des terrains d’aventure peut permettre aujourd’hui de réinterroger la manière dont on produit les espaces de jeu et la place que l’on accorde au « faire » dans les processus éducatifs. Ainsi, l’étude des terrains d’aventure par une entrée spatiale, politique, sociologique, pédagogique, philosophique et ethnologique questionne les lectures de la place, au sens géographique et politique du terme, allouée aux usagers (ou prise par eux ?) de l’espace urbain. Trois axes de recherche sont proposés :

Axe 1. Pouvoir d’agir et prise d’autonomie

Le premier axe se focalise sur la spécificité des modalités pédagogiques expérimentées dans le cadre des terrains d’aventure. Il s’agira d’identifier les modalités selon lesquelles la liberté d’action laissée aux enfants dans les terrains d’aventure constitue le fondement d’un projet pédagogique conférant à l’apprentissage de l’autonomie de penser et d’action. Espace d’exploration et d’expérimentation directe, lieu du « faire », les terrains d’aventure représentent des espaces de liberté non seulement matériel mais aussi relationnel, puisque l’adulte est en retrait et qu’il n’interdit pas mais accompagne à l’action. Ainsi, il y a dans ces espaces un apprentissage du pouvoir d’agir, sur son environnement mais aussi dans ses relations sociales. Il s’agira de vérifier selon quelles modalités pédagogiques cette liberté d’action est encouragée mais aussi encadrée.

Axe 2. Co-construire les espaces éducatifs

Le second axe d’exploration porte sur le caractère collectif de la fabrication des terrains d’aventure. Si dès l’origine, les enfants mais également les parents et les animateurs sont impliqués dans la fabrication des terrains d’aventure, il s’agit d’analyser en quoi ce processus de fabrication spécifique peut permettre de réinterroger les processus éducatifs au cœur de la fabrication des terrains d’aventure. L’analyse des modes d’organisation socio-spatiale à l’intérieur des terrains d’aventure, le rôle et la place du playleader (animateur), la répartition des tâches dans le temps et dans l’espace au prisme de l’activité ludique, permettra d’identifier la manière dont sont partagées les responsabilités mais aussi les pouvoirs dans le projet éducatif que constituent les terrains d’aventure.

Axe 3. Fabriquer en jouant / jouer en fabricant 

Le troisième axe concerne la mobilisation du jeu comme activité productrice d’espace. En jouant, les enfants fabriquent l’espace du terrain d’aventure, ils l’aménagent, le composent, le modèlent mais également le détruisent pour mieux le reconstruire. Ce processus spécifique passe par le jeu comme cadre de l’expérimentation directe de l’espace et réinterroge les modèles classiques de conception des espaces de jeu ainsi que les projets éducatifs qui y sont associés. La compréhension du processus de « jeu-fabrication » fourni des pistes pour remettre en question l’aménagement planifié, ses normes et sa composition fonctionnelle. En introduisant l’usage et l’usager comme vecteurs de fabrication de l’espace, mais aussi en acceptant que le projet se fasse sans planification préalable, il s’agit de réinterroger le processus de conception-production-utilisation des espaces. Seront alors mis en regard : pratiques, spatialité et système d’acteurs avec pour question sous-jacente, les possibilités d’agir face aux modèles normatifs.

Quatre actions envisagées : de l’archive aux terrains

Notre projet s’organise en trois temps : un état des lieux et des formes pédagogiques concernées ; des enquêtes de terrain et des entretiens, couplés avec la constitution, le recueil et le traitement des archives ; la communication et la valorisation des résultats, sous la forme de publications, de restitutions et de modules pédagogiques. La cohésion de cette recherche collective et transdisciplinaire est assurée par l’organisation d’un séminaire commun aux différents partenaires associant chercheurs et étudiants

1. Séminaires pluridisciplinaires communs

Un séminaire annuel pluridisciplinaire de recherche commun aura lieu à tour de rôle dans les différentes institutions du projet, de manière à mieux intégrer les différents partenaires, à articuler les divers points de vue et discipline, comme à assurer un meilleur suivi.

2. Constitution d’archives documentaires et orales

Repérage et collecte de fonds d’archives, dont celui du CoDEJ. Consultation et numérisation des revues telles que Les cahiers de l’animation, Vers l’Éducation Nouvelle, ou Camaraderie, parmi d’autres revues de mouvements d’éducation populaire déjà collectées par le PAJEP (Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire). Réalisation d’entretiens semi-directifs avec des acteurs (anciens directeurs de structures, anciens animateurs, concepteurs et usagers) des terrains d’aventure tels qu’ils existaient dans les années 1970, afin d’identifier leur héritage dans le présent et de questionner les éléments qui perdurent comme les écarts avec le « modèle » originel.

3. Analyse socio-spatiale détaillée d’une vingtaine de sites en Europe

Un travail de terrain sera mené afin de tester nos hypothèses sur les legs des terrains d’aventures dans d’autres dispositifs actuels Ces focus seront réalisés soit avec des témoignages de personnes (adultes et enfants d’alors) ayant participé à des terrains d’aventure qui n’existent plus ou qui se sont profondément transformés, soit en procédant à des ethnographies ou/et des relevés détaillés de sites en activité. Cette analyse sera accompagnée d’un relevé cartographique des sites étudiées afin d’établir une comparaison à la même échelle des terrains d’aventure enquêtés, afin de dégager une typologie.

4. Recherche-action

Mise en place exploratoire de terrains d’aventure en lien avec des structures existantes ou en créant une commande avec des acteurs intéressés par une expérimentation. Des collectivités territoriales intéressées ont déjà été repérées (à Angers, Saint-Sébastien-sur-Loire et St Nazaire). D’autres sont à venir, en particulier en Ile-de-France et dans le département du Rhône. La recherche-action permettrait en particulier de répondre aux réticences que l’on pressent (sécurité des enfants, relation à l’autorité des adultes, etc.), en objectivant les choses grâce aux savoirs universitaires mobilisés in situ. Nous envisageons qu’un groupe de réflexion, ou de pilotage se constitue pour débattre et désamorcer les réticences d’ordre sécuritaire notamment.


[1] Une vidéo a été conservée par l’INA d’un terrain d’aventure à la Meinau, https://www.dailymotion.com/video/xfe2w8

[2] Voir http://lespetitspierrots.blogspot.com/

[3] Voir par exemple les articles de presse de Claire Levenson (2014, http://www.slate.fr/culture/85803/enfants-aventure), Julie Pêcheur (2015, http://www.lemonde.fr/m-perso/article/2015/02/17/les-nouvelles-aires-de-jeux_4574455_4497916.html) et Vincent Romagny (2016, https://www.la-croix.com/Journal/Les-aires-jeux-beaucoup-evolue-2016-11-15-1100803391).

[4] Voir http://www.crdp-strasbourg.fr/educ_prio/?p=883

[5] Voir le projet de Cour Oasis https://www.caue75.fr/ateliers-a-l-ecole/ateliers-cours-oasis. Ce projet fait l’objet d’une recherche pour l’Ademe : le programme RECRE (Renaturation des espaces des cours vers la résilience écologique) https://www.crh.archi.fr/Restauration-des-Espaces-des-Cours-RECRE

[6]  Voir l’article de presse https://www.liberation.fr/france/2020/07/20/grenoble-fini-le-bleu-et-le-rose-la-recre-passe-au-vert_1794785

[7] Voir l’article de presse https://www.sudouest.fr/2020/09/01/hurmic-veut-verdir-les-cours-11473968-7795544-10414.php

Une recherche sur les terrains d’aventure d’hier et d’aujourd’hui

 

 

TAPLA research project intents to form a European research network focusing on the adventure playgrounds of today and yesterday and their foregoing and resulting educational forms. It aims to understand the legacy of the adventure playgrounds that appeared during the Second World War in Denmark and to investigate the way how the production of urban spaces for the children and especially by the children may question the conception of public spaces nowadays and the role of pedagogies.

TAPLA opens a multidisciplinary research field at the intersection of  social sciences, architecture, landscape architecture and urban planning involving future users of adventure playgrounds in an action research process. 

Le projet de recherche TAPLA « Des terrains d’aventure du passé pour l’avenir » entend constituer un réseau de recherche européen portant sur les terrains d’aventure comme laboratoire d’expérimentation d’une pédagogie de l’autonomie et du « faire ».

Contrairement à d’autres pays tels que le Danemark, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la Suisse, où les terrains d’aventure ont connu un fort essor depuis leur invention en 1943, ils constituent en France un objet du passé ayant quasiment disparu depuis la fin des années 1980.

Le projet de recherche vise à comprendre l’héritage de ces dispositifs spatiaux et pédagogiques afin d’identifier en quoi ils peuvent permettre de réinterroger aujourd’hui, la place donnée à l’expérience directe dans les dispositifs socio-spatiaux éducatifs.

Il tente également de relancer cette expérience en France dans une démarche de recherche-action en impliquant des acteurs institutionnels, des associations et des habitants intéressés par cette expérience.

Ces expérimentations pédagogiques nées dans un contexte de crise humanitaire, sociale et spatiale dans les villes en ruine de l’immédiate après-guerre représentent des pistes pour inventer aujourd’hui, dans un autre contexte de crise sociale, écologique et sanitaire, des modalités éducatives innovantes pour penser et faire l’avenir de nos sociétés.

Notre objectif est d’ouvrir un champ de recherche interdisciplinaire croisant les sciences de l’éducation, les sciences humaines et sociales avec les disciplines de l’aménagement tout en impliquant les acteurs d’un renouveau possible des terrains d’aventure.

TA Belfort 1975-1985 J.J Matthieu

 

 

 

 

 

 

Expérimentation du terrain d’aventure du Petit Bois à Villiers le Bel 5-30 juillet

Ambiance sonore du terrain d’aventure du Petit Bois – Villiers le Bel, juillet 2021

En juillet 2021, une expérimentation est menée pour faire revivre un terrain d’aventure à Villiers-le-Bel. Elle est portée par des professionnel.les de l’animation et de l’éducation active, les CEMEA Ile-de-France, ainsi que par une équipe de chercheur.es du projet TAPLA.
L’expérimentation du terrain d’aventure de Villiers-le-Bel en juillet 2021 est soutenue par le dispositif FAIRE qui promeut les formes innovantes de fabrication de la ville. Le projet est monté en partenariat avec l’association les As du Puit.
Dans une logique de recherche-action, les chercheur.es apportent un éclairage historique permettant de comprendre les expériences passées et d’envisager la dynamique de renouveau des terrains d’aventure. Ils accompagnent l’équipe d’animation dans l’évaluation et le suivi du projet. Ils apportent enfin un regard prospectif en inscrivant l’expérimentation de Villiers-le-Bel dans les réflexions sur la place de l’enfant dans la ville d’aujourd’hui et contribuent à l’invention du terrain d’aventure du XXIe siècle.
La première expérimentation du terrain d’aventure du Petit Bois à Villiers le Bel a ouvert du 5 au 30 juillet 2021 tous les après-midi de 15h à 20h du lundi au samedi.

 

OUVERTURE LE 5 JUILLET 2021

Notre projet d’expérimentation d’un terrain d’aventure à Villiers-le-Bel en partenariat avec les CEMEA Ile-de-France fait partie des 16 lauréats sélectionnés dans le cadre de l’appel à projet FAIRE 2020 porté par le Pavillon de l’Arsenal – Paris !

FAIRE TAPLA

Télécharger le dossier de presse FAIRE 2020

Installé entre le Champ des Possibles et les jardins familiaux de Villiers-le-Bel (https://goo.gl/maps/aCBhd6g572HTtSuRA) , le terrain d’aventure de Villiers-le-Bel construit avec les CEMEA Ile-de-France et en partenariat avec l’association les As du Puit ouvrira du 5 au 30 juillet 2021. Il sera accessible à toutes et tous de 14h à 20h.

Les terrains d’aventure : une expérience du droit à la ville ?

Demi-journée d’étude organisée avec le soutien du Laboratoire de l’Éducation – LLE
7 juillet 2021, 14h-17h

ENS Lyon, site Descartes, bâtiment Buisson, salle de conférence D8.001
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Programme de la demi-journée

14h-15h45


> Ouverture par Gilles Raveneau, professeur d’anthropologie, Université Lumière Lyon-2,
UMR 5600 Environnement Ville Société : “Les terrains d’aventure en région Rhône-Alpes
sont-ils voués à n’être qu’une expérience passée ?”

> Clothilde Roullier, chargée d’études documentaires, Archives nationales : “Aux sources des terrains d’aventure lyonnais”


> Nadja Monnet, maître de conférences en sciences humaines et sociales à l’ENSA de
Marseille, UMR Lavue : “Naissance et persistance des jardins Robinson à Genève”

> Gilles Raveneau : “Les terrains d’aventure comme laboratoire d’émancipation et
d’expérimentation de la place des enfants dans la ville”


15h45-16h Pause café


16h-17h

> Présentation et visionnage de films documentaires sur les terrains d’aventure
d’hier et d’aujourd’hui, suivis d’un débat avec la salle

“Terrains pour l’aventure” numéro spécial de la revue de l’UFCV – mars 1974

Terrain pour l’aventure… Revue de l’UFCV, n°113, mars 1974, p. 13

En mars 1974, la revue de l’UFCV (Union française des centres de vacances et de loisirs) consacre un numéro spécial aux terrains d’aventure et notamment à l’expérience menée à Courbevoie en 1973-1972 autour d’un terrain d’aventure éphémère. Les rédacteurs.trices qui sont également les animateurs.trices du terrain d’aventure (B. Vergnes, P. Kling, J. Lambry en collaboration avec B. Weibel, J. Guigue, M-C. Guéant) y détaillent la genèse du projet, son organisation spatiale et sociale, ses succès et ses échecs. Il s’agit d’un retour d’expérience documenté et didactique qui peut s’avérer précieux à l’heure où de nouveaux terrains d’aventure émergent en France en 2021.

L’enfant, son rapport à l’espace et les temps informels (1983)

visionner le film

12 min – film issu du fond d’archives des Francas

Quelle place est accordée aux enfants et à leurs jeux dans la planification urbaine ? Images d’une cité et interview d’enfants sur les jeux. Interview de Marie-Josée Chombart de Lawe, ethnologue sur l’espace de jeu que s’approprient les enfants. Les lieux dédiés aux enfants ont évolué depuis la place du village aux urbanisations où des lieux implicites se développent. La place de l’enfant a été rarement pensée et planifiée dans l’espace urbain. Elle propose plusieurs types de structures : des lieux institutionnels (centres de loisirs), des espaces libres, non aménagés pour développer son imaginaire (le terrain d’aventure), des espaces communs avec les adultes pour un dialogue avec eux. Un conseiller jeunesse expose le projet de terrain d’aventure au Havre, le rôle de l’animateur dans les concertations sur les quartiers avant la mise en œuvre d’un aménagement.

CALL FOR PAPERS

ADVENTURE PLAYGROUNDS OF THE PAST/FOR THE FUTURE: CURRENT STATE OF KNOWLEDGE, ISSUES AND PERSPECTIVES

8-10 December 2021.

ENSAPVS, Archives nationales et MSH Paris Nord, Paris.

Download the call for papers

Descargar el llamada a comunicación en español

Summary

Adventure playgrounds are unique spaces of play. While the 1990s saw their disappearance in France, a recent resurgence has brought up questions around their legacy and theoretical basis as socio-pedagogical experiments. This symposium, organised by TAPLA (Terrains d’aventure du passé/pour l’avenir – Adventure playgrounds of the past/for the future) and supported by Labex: pasts in the present, is designed to investigate how adventure playgrounds raise questions around the place accorded to children in the city, and more specifically, children’s unmediated experience of socio-spacial learning systems. In addition, we aim to lay the groundwork for an international, interdisciplinary network, combining the human and social sciences with spacial design and urban planning, along with the fields of education and socio-cultural community work.

Description

Adventure playgrounds (spaces for learning through play) first arose in Denmark in 1943, as a (temporary) educational response to a crisis situation. The junk playgrounds in the vacant lots of bombarded cites, provided an opportunity for post-war society to channel the energies of disoriented youth, at a time when the line between resistance and delinquency was blurred (Kozlovsky, 2006). In cities, the widespread shortages of the first years of Reconstruction justified acts of appropriation, reuse, repurposing and waste conversion. Adventure playgrounds therefore filled not only a social vacuum – with educational play used as a means to influence child behaviour (Cohen, 2007, p. 32), but also a spacial vacuum – as they responded to the urgent need to build on urban ruins (Kozlovsky, 2008). Adventure playgrounds gained remarkable popularity in Great Britain at the end of the Second World War (Allen of Hurtwood, 1968). From the 1960s, adventure playgrounds appeared in Switzerland, Germany, Wales and Belgium. They first appeared in France in the 1970s, where they became known as “terrains d’aventure” or “terrains pour l’aventure”. The first French adventure playground was opened in Paris in 1971. However in France, these educational and spacial experiments were not to last, unlike those of its European neighbours (Switzerland, Great Britain and Germany in particular), which continue to this day.

There is now real value in gathering, organising and updating available resources on adventure playgrounds. It is clear that the majority of work from French sources dates back to the 1980s and earlier. The available publications (D’Allaines-Margot, 1975 ; Savoye, 1978 ; Vergnes et al., 1975) and photographic documents (Flatard et Prémel, 1982), mainly relate to past experiences. When adventure playgrounds are cited today, it is often as mythologised, utopian educational spaces, belonging strictly to an idealised past. The accounts of the closure of the last adventure playground in Paris in 2007 (on the blog Les Petits Pierrot, and in the recent work of François Grandeau (2020)), depict these spaces as innovative experiments that are nonetheless shaped by an outdated model that has proved difficult to shake.

Today, adventure playgrounds are little understood in the field of socio-cultural community work, where they are often perceived in a negative light, and as conflicting with usage and safety regulations. This symposium is part of a push to rediscover adventure playgrounds and reflects the renewed interest in play spaces in Europe (Newstead, 2019), both from a theoretical and a practical point of view. New spaces and projects have recently emerged in a number of countries (Milne, 2014; Leichter-Saxby & Law, 2015). The growing interest in adventure playgrounds is also evident from the range of publications on the topic for both academic and mainstream audiences (Maclean, Russell & Ryall, 2015; Kilvington & Wood, 2010) and for those looking to work on these kinds of projects.

Adventure playgrounds are both play areas and gardens, spaces for fun and education, construction and recreation, spaces in constant evolution. As hybrid objects, they are ideal for interdisciplinary study. This symposium invites work from such diverse domains as ethnology, anthropology, history, archival research, urban sociology, education sciences, urban planning, architecture, landscaping, geography and philosophy. We will also take into account the diverse skills of professionals and community members on the ground, who will be invited to share their experiences during the three days of the symposium.

Research angles

A variety of terms are used to describe adventure playgrounds across different countries: Abenteuerspielplatz in Germany, skrammellegeplads in Denmark, robinsonspeelplaats in The Netherlands, terrains d’aventure in France and Jardin Robinson in Switzerland. The various terms employed not only represent linguistic differences, but also the range of social and spacial approaches to these projects across Europe. What are the different social and spacial structures associated with them? How do they relate to traditional ways of creating urban spaces? And how do they deal with the concept of risk? 

Within this symposium, we aim to take a comparative, international, interdisciplinary approach to study the specific ways in which adventure playgrounds are created, and their role in socialisation and play. We want to investigate how adventure playgrounds can help us rethink how we create, not only of spaces of play, but urban spaces inhabited by children more broadly.

The symposium also aims to understand the various temporalities and approaches to the creation and use of adventure playgrounds in light of their relevance today. What do children learn from this formative experience? What are the cultural particularities of each European country? What elements have become obsolete?  And why did adventure playgrounds slowly disappear in France and not in other European countries? In addition to tracing the history of the spacial inclusion of children in urban projects and the place given to children by adults in cities, the symposium is also designed to lay the groundwork for a historiography and a typology of the people involved in adventure playground projects.

The current health and environmental crisis has lead to a withdrawal from public space and  associated practices, with particular consequences for the space and time allocated to socialising and leisure. We can therefore hypothesise that this unusual situation could lead to changes in work culture, and even new ways of creating space and new leisure practices. What role could adventure playgrounds play in this renewal?

Contributions should approach the topic from one of the five following research angles:

Angle 1: Updating a model from the past: archival sources

The first angle relates to the archival research required to understand the history of adventure playgrounds and the ways in which they could be adapted to contemporary society. This research  covers documents from local and national authorities in the relevant countries and from community organisations and individuals (activists, community workers, designers etc.). This approach raises several issues.

First of all, the issue of how to define the object of study, given that the terminology used to describe adventure playgrounds varies, even within a single country. There is also the question of whether we are in fact dealing with the same object with the same uses across different countries. Comparisons between sources from different countries and different kinds of creators would therefore be useful in order to more clearly define possible nuances, differences and types. Digital models could be generated from sources such as maps, relational databases, timelines etc. Prototype projects would be welcome, as well as suggestions as to how these sources might be used by researchers from other disciplines.

This angle of research will also bring close attention to the genealogy of adventure playgrounds, both in France and internationally, in particular in order to uncover the reasons for their gradual disappearance in France from the 1980s.

Angle 2: The capacity to act, risk-taking and autonomy

The second angle focuses on the freedom to act and take risks afforded to children in adventure playgrounds. This research explores the specific pedagogical approaches involved. The aim is to understand how the freedom granted to children in adventure playgrounds constitutes the basis of a pedagogical project aimed at developing autonomy in thought and action. As spaces of exploration and unmediated experimentation, spaces of “doing” (Ingold, 2017, 2018), adventure playgrounds provide not only physical freedom, but also relational freedom, since adults remain on the sidelines, supporting, rather than restricting the children’s actions. In these spaces therefore, children not only learn about their capacity to act on their environment, but also within their social relationships. Research from this angle will look the pedagogical approaches implemented to encourage and provide a framework for this freedom of action. It would therefore be useful to analyse the perspectives of those involved on the ground.

While the conditions under which adventure playgrounds emerged are highly distinct from those of today, lessons may still be learned from their approaches to construction, not only concerning spaces for play, but also the place accorded to children, to unmediated experience, and to “doing” in the sense of interaction between an individual and their environment within a socio-spacial learning system.

Angle 3. Building learning spaces together

The third angle of research relates to the collective nature of building adventure playgrounds. Children, parents and community workers are involved in the creation of adventure playgrounds from conception. Researchers could therefore analyse how this specific approach relates to the learning processes inherent in creating adventure playgrounds. An analysis of the socio-spacial organisation of adventure playgrounds, the role of community workers and the distribution of tasks over time and in space through the prism of play, would give insight into the ways in which responsibility and power are shared within adventure playgrounds as a learning project. It could also provide an opportunity to investigate the values and principles of those involved and their relationship to the local environment.

Angle 4. Build while playing/ Play while building

The fourth angle relates to using play as a means to create space. Children create the space in an adventure playground as they play: they arrange it, adjust it, shape it and destroy it to build it anew. In this specific process, play serves as a framework for unmediated experimentation, challenging traditional approaches to the design of play spaces and educational projects. Understanding this process of play-creation opens up possibilities for rethinking planned design, its norms and functional configuration. Introducing use and users as ways to create space, and accepting the absence of prior planning, provides a new perspective on how space can be designed, created and used. This research would look at: practices, spatialities and stakeholder networks, from the underlying perspective of freedom of action with regards to normative models. From a spatial point of view, what can adventure playgrounds tell us about the design of recreational spaces in particular, and public space in general?

International comparison would help to contextualise any existing mechanisms of normalisation for these spaces, from an architectural point of view and in terms of social practices. This research would also benefit from an historical overview explaining changes and highlighting the turning points (stakeholder organisation, legal frameworks, industrial pressure, social demand etc.), which may have led to new kinds of adventure playgrounds. Feedback from professionals in the areas of socio-cultural community work, but also design (including contractors and contracting authorities) would be welcome.

Angle 5: Ecology of action and learning about nature

The fifth angle will look at the crossovers, overlaps and relationships between adventure playgrounds and the field of environmental education. There are numerous links between the adventure playground movement and the environmental education movement. As spaces for unmediated experimentation, adventure playgrounds provide pedagogical tools that go beyond environmental awareness, offering an immersive experience of the living environment. Adventure playgrounds are ways of temporarily reclaiming urban waste zones. They implement an ecology of action based on recycling and reusing materials, and bring together local stakeholders. As such, they have much to teach us about the creation of resilient, efficient, sustainable spaces. How do adventure playground projects approach environmental and ecological issues? How can the founding principles of adventure playgrounds contribute to environmental education? How can 21st century adventure playgrounds contribute to environmental transition? 

Submission

Language: French or English

Papers on various kinds of research (theoretical, empirical etc.) and current or future practical experiments are welcome.

Contributions may:

  • be part of a round table or workshop including at least three papers;
  • be presented individually (20’) as part of a panel with other papers chosen by the organising committee;
  • be presented as a short video (10’ maximum).

Paper proposals (3000 characters maximum including spaces) will present the research topic, issue and hypothesis, the field and methodology used to gather data (or, systematic corpuses of sources if the research does not involve fieldwork).

Proposals will include the following information in order:

•          The last and first names of the author(s)

•          Their position and institution

•          Email address

•          The paper title

•          The paper proposal (3000 characters maximum including spaces)

•          A selective bibliography (3-5 references)

•          5 keywords

•          The proposal title and summary (1500 characters including spaces).

Proposals must be sent in Word or .rtf format to: tapla.colloque@gmail.com, by May 31, 2021 at the latest.

Proposals will be chosen on the basis of their scientific rigour and the originality of their empirical or theoretical content, or according to the value and quality of their experimental approach. Summaries (1500 characters) of the chosen proposals will be feature in the symposium’s publication.

Please make sure you:

1- Write “Colloque TAPLA 2021-proposition” in the subject line of your message

2- name your file: (Name)-Colloque TAPLA 2021.doc

Schedule

— National and international call for papers launched (February 26, 2021)

— Paper proposals to be sent by May 31,2021 at the latest to tapla.colloque@gmail.com

— You will receive a response by June 21, 2021 at the latest.

— Presentation materials are to be submitted in .pdf format by November 22, 2021 at the latest.

— We plan to publish the conference proceedings by Autumn of 2022.

More information

On the TAPLA research project: https://tapla.hypotheses.org/

On the Labex research projects Pasts in the present: http://passes-present.eu/fr/terrains-daventure-du-passepour-lavenir-44347

Organising committee

Delaunay Fanny, urbaniste, docteure en aménagement et urbanisme, ENSA Paris Val de Seine, CRH-LAVUE et Ingénieure d’étude TAPLA

Ramos Aurélien, paysagiste, doctorant en aménagement et urbanisme, ENSAP de Bordeaux, CRH-LAVUE et Ingénieur d’étude TAPLA

Raveneau Gilles, professeur des universités, anthropologue, Université Lumière Lyon 2, EVS

Roullier Clothilde, chargée d’études documentaires, responsable des fonds Jeunesse et Sports/Éducation populaire, Archives nationales

The research committee is made up of coordinators, the entire TAPLA team as well as international academic partners.

  • Antonioli Manola – UMR LAVUE – PR ENSA Paris-La Villette
  • Besse-Patin Baptiste – post-doctorant en sciences de l’éducation – chercheur associé au laboratoire EXPERICE
  • Bouillon Florence – UMR LAVUE – MCF Paris 8
  • Brown Fraser, professeur, Leeds University
  • Delaunay Fanny : urbaniste, docteure en aménagement et urbanisme, ENSA Paris Val de Seine, CRH-LAVUE et Ingénieure d’étude TAPLA
  • Hoddé Rainier – UMR LAVUE – PR émérite ENSA, responsable réseau Pédagogies coopératives
  • Joëlle Libois Joëlle, Dir. Haute école de travail social ▪ HES-SO Genèvee
  • Monnet Nadja, LAA – UMR Lavue, MCF ENSA de Marseille
  • Ramos Aurélien : paysagiste, doctorant en aménagement et urbanisme, ENSAP de Bordeaux, CRH-LAVUE et Ingénieur d’étude TAPLA
  • Raveneau Gilles : professeur des universités, anthropologue, Université Lumière Lyon 2 (EVS) et Paris Nanterre (LESC)
  • Roucous Nathalie, MCF Experice, Université Paris-13
  • Roullier Clothilde : chargée d’études documentaires, responsable des fonds Jeunesse et Sports/Éducation populaire, Archives nationales
  • Rozenholc Caroline – UMR LAVUE – MCF ENSA Paris-Val de Seine
Location

The symposium will take place over three days, in Paris, from December 8 to 10, 2021: at the National School of Architecture Paris-Val de Seine (ENSAPVS) (day 1), at the National Archives on the Pierrefitte-sur-Seine site (day 2) and at the Paris Nord Maison des Sciences de l’Homme on the third and final day.

Bibliography

Allaines-M (d’), D. 1975. Terrain d’aventure et enfants des cités nouvelles : aperçu d’une expérience, Paris, ESF.

Artières, C., Besse-Patin, B., et al., 2020. « L’aventure de Belle Beille », SUD Volumes Critiques, n°3 ENSAM.

Authier, J., Lehman-Frisch, S., 2012. « Il était une fois… des enfants dans des quartiers gentrifiés à Paris et à San Francisco », Actes de la recherche en sciences sociales, n°195, p. 58-73.

Bachelart, D.,2011. « « S’encabaner », art constructeur et fonctions de la cabane selon les âges Exploration biographique et photographique », Éducation relative à l’environnement – Regards, Recherches, Réflexions, 10 : 35‑61.

Besse-Patin, B. 2018. « Loisir et éducation. La formalisation éducative des jeux dans un accueil périscolaire », Revue française de pédagogie, 204 : 5‑16.

Collectif Interob, 2015. L’accueil libre en terrains d’aventures et jardins Robinson. Une pratique à (re)découvrir, Genève.

Bonnin, P., 1977. « La cabane et l’animateur », In Chombart de Lauwe M., Dans la ville, des enfants…, Paris, Stock, p. 202-204.

Brown, F., 2007. The Venture : A Case Study of an Adventure Playground, Cardiff, Play Wales.

Buredn, G., 1948. « The Junk Playground ; an Educational Adjunct and an Antidote to Delinquency », The Friend.

Burkhalter, G., 2016. The playground project, Zürich, Kunsthalle, Éd.

Cadier, R., 2013. « La place centrale de l’activité sur un terrain d’aventure », Anim’Acteur.ice, n°11, p.2‑3.

Cadier, R., 2014. « Qu’est-ce qu’un terrain d’aventure », Les Cahiers de l’animation, n° 87, p. 10-11.

Cadier, R., 2014. « Une journée au Bauspielplatz », Cahiers de l’animation, n° 87, p. 12‑15.

Casabianca, R., 1959. Enfant sans air : Étude sociologique des enfants d’un quartier urbain, Paris, Fleurus.

Cazalis, S. et al., (dir.), 1980. Enfants, à vous de jouer ! Terrains d’aventure, transformations d’espaces urbains, Paris, Centre de création industrielle.

Châtelet, A-M., et al., 2003, L’école de plein air ; une expérience pédagogique et architecturale dans l’Europe du XXe siècle, Paris, Edition de la Recherche.

Cohen, D., 2007. The Development of Play. London, Routledge.

Conway, M., (dir.), 2017. Adventure Playgrounds : The Essential elements, London, Play England.

Flatard, Y. et Prémel, G., 1982. Enfants bâtisseurs. Images d’un terrain d’aventures. Paris, Scarabée.

Grandeau, F., 2020. Ces jeunes, et si on les aimait… À Paris, des jeunes et des terrains d’aventure… Paris, L’Harmattan.

Ingold, T., 2017, Faire. Anthropologie, archéologie, art et architecture, (traduction française de Hervé Gosselin et Hicham-Stéphane Afeissa), Paris, Éditions Dehors, 2017.

Ingold, T., 2018, L’anthropologie comme éducation, (traduction française de Maryline Pinton), Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Kozlovsky, R., 2008. Adventure Playgrounds and Postwar Reconstruction. In Modern Childhoods : History, Space, and the Material Culture of Children ; An International Reader, New Brunswick Rutgers University Press.

Martinon, T., 2013. « Au détour d’un terrain d’aventures. Promenade à Hambourg », Vers l’Éducation nouvelle, n°552, p.40‑41.

McCurdy et al., 2010. « Using Nature and Outdoor Activity to Improve Children’s Health », Current Problems in Pediatric and Adolescent Healt Care, p. 102-117.

Newstead. S., « Le playwork à la recherche d’une identité perdue », Sciences du jeu [Online], 12 | 2019, Online since 19 December 2019, connection on 27 November 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdj/2337 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdj.2337

Potter, D., 1997. Risk and Safety in Play : The Law and Practice for Adventure Playgrounds, London, E & FN Spon,

Raveneau, G., 2019. « Les terrains d’aventure en France dans les années 1970 ou la contestation en acte de la notion d’équipement socioculturel », Besse L. (dir.), Des lieux pour l’éducation populaire (1930-1970) Histoire des équipements socioculturels. Villes et territoires. Tours, Presses Universitaires François-Rabelais.

Raveneau, G., 2020. « Des Terrains d’aventure du passé pour l’avenir », SUD Volumes Critiques, n°3, ENSAM.

Savoye, P.,1978. Terrain d’aventure : espace de vie. Lyon, Fédérop.

Soderstrom, M., et al. 2013 « The quality of the Outdoor Environment Influences Children’s Health – A Cross-sectional Study of Preschool », Acta Pediatrica, n° 102, p.83-91.

Thyssen, G. & Depaepe, M., 2012. « Essor et déclin d’une école de plein air : le Centre Dupré de Roubaix (vers 1921-1978), Revue du Nord, n° 397, p.947-965.

Vergnes, B., Kling, P., & Guéant, M., 1975. Du terrain pour l’aventure : Pratique anti-autoritaire de l’animation des loisirs en milieu urbain. Paris, François Maspero.

Etats de sources PAJEP

Télécharger l’états des sources du PAJEP – archives de l’éducation populaire (mise à jour 19 juillet 2021)

Le Pajep est un pôle partenarial dédié à la collecte, la conservation et mise en valeur des archives des associations et militants nationaux de jeunesse d’éducation populaire. Il conserve une centaine de fonds répartis aux Archives nationales et aux Archives départementales du Val-de-Marne.

Cet état des sources a été réalisé parmi l’ensemble des fonds papier et audiovisuels conservés dans le cadre du Pajep par Jonathan Landau, archiviste en charge de la mission.

Guide des sources des terrains d’aventure en Europe 1934-2018

Cet état des sources a été réalisé par Jeanne Tortiller, stagiaire aux Archives nationales, sous la direction de Clothilde Roullier, dans le cadre du projet de recherche-action TAPLA, “Terrains d’aventure du passé/pour l’avenir” (Archives nationales / Labex Les passés dans le présent, Université Paris-Nanterre, en partenariat avec le Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d’éducation populaire (Pajep), l’Association des déposants aux archives de la jeunesse et de l’éducation populaire (Adajep), le centre de recherche interuniversitaire, Expérience, Ressources culturelles, Éducation (Experice) EA 3971, le Laboratoire architecture ville urbanisme environnement (Lavue) UMR 7218 CNRS, le laboratoire Environnement, Ville, Société (EVS) UMR 5600, et Leeds Beckett University). Interdisciplinaire, le projet TAPLA ambitionne conjointement d’étudier l’héritage laissé par ces dispositifs spatiaux à la lumière des enjeux contemporains, et de relancer cette expérience en France. Le présent guide résulte d’un travail d’investigation mené auprès des différents services d’archives mentionnés entre septembre et novembre 2020 (il a ensuite été périodiquement mis à jour). Il vise essentiellement à cartographier historiquement et géographiquement les différents terrains d’aventure ayant vu le jour en Europe depuis les années 1940, afin de mettre en évidence l’ampleur de ces dispositifs, et d’offrir aux chercheurs un matériau de recherche profitable.

Il ne se veut en aucun cas exhaustif : d’une part car l’importance de l’aire géographique ne permettait pas une étude approfondie dans chacun des services d’archives, d’autre part car les dispositifs parfois marginaux que sont les terrains d’aventure ne sont pas toujours mentionnés en tant que tels, voire sont absent des instruments de recherche. Le niveau de description varie par ailleurs selon que les documents concernés ont pu être consultés ou non.

Les entrées présentes dans le guide sont le résultat à la fois de réponses des services à un appel lancé à l’échelon du territoire français, et de sollicitations ciblées auprès de services français ou étrangers situés dans des communes où des terrains d’aventure ont été repérés en consultant la presse ou des ouvrages spécialisés concernant les aires de jeux notamment.

Dans le cas des archives allemandes, danoises, anglaises, hollandaises et suisses, le parti a été pris de traduire uniquement les intitulés des fonds ou grands ensembles, laissant les descriptions en langue originale.

Nous remercions chaleureusement toutes les personnes des différents services d’archives ayant pris le temps de nous répondre et de nous accompagner dans nos recherches, sans qui cet outil n’aurait pu voir le jour.

Télécharger le guide des sources des terrains d’aventures en Europe 1934-2018 (mise à jour 8 septembre 2021)