Journée d’étude sur Fernand Deligny – 28 septembre 2021 à Marseille

Télécharger le programme de la journée ici!

Conclusion de la journée par Manola Antonioli

Suite à la projection et au débat autour du film Deligny, vagabond efficace de Richard Copans, on peut retenir le fil conducteur de l’enracinement dans le territoire qui caractérise la démarche de Deligny, ou – selon ses propres termes – la vision du « territoire comme racine », occupé par une forme de « guerilla ». Cette dernière image évoque la notion de « machine de guerre » développée en 1980 par Gilles Deleuze et Félix dans l’ouvrage Mille plateaux. Les « machines de guerre » ne ressemblent pas à des armées régulières, mais constituent des forces qui se distribuent de façon nomade dans un territoire. Dans cette perspective, « les lignes d’erre » tracées par les autistes dans le territoire des Cévennes – qui entretiennent des liens avec la notion de rhizome qu’elles ont largement inspirée – peuvent être lues comme des lignes de force qui ne suivent pas un parcours prédéfini et qui ne sont jamais centralisées. On peut souligner également l’idée d’un usage de l’espace comme langage, lieu d’un récit sans langage, là où le langage manque.

L’intervention d’Anne Querrien (télécharger le pdf ici) a été également structurée autour de l’idée de ligne (lignes virtuelles qui constituent la cohérence du parcours de vie de Deligny, lignes d’erre tracées dans le territoire, lignes d’écriture). Lignes que l’on peut rapprocher de celles étudiées par l’anthropologue Tim Ingold dans Une brève histoire de lignes, dont le projet de « linéalogie » s’intéresse également aux lignes d’écriture, aux lignes courbes de parcours, chemins et itinéraires qui refusent la ligne droite, aux lignes de la notation musicale.

La communication de Françoise Tschopp (télécharger le pdf ici) a développé l’idée d’une « abstinence éducative » chez Deligny, abstinence qui révèle la situation précaire de l’éducation, qui inclut toujours des expériences d’échec et de raté. Dans cette conception de l’éducation, il n’y pas de « projet » mais un « a-projet », pas de méthodologie prédéfinie mais des dispositifs, des stratégies, des gestes éducatifs qui naissent après-coup, de l’expérience. Cette « non méthode » sans projet nous donne d’autant plus à penser que le travail et la recherche se déroulent désormais « par projet », notion omniprésente et souvent étouffante.

La journée s’est achevée, de façon circulaire, sur l’évocation – par Joëlle Libois (télécharger le pdf ici) – de l’activité éducative et de la poésie de Rabindranath Tagore, toutes deux attentives au rapport de l’homme avec son environnement naturel, tout comme l’expérience éducative de Deligny est inséparable des vastes espaces et des paysages des Cévennes.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.